The Sinay logo representing a dolphin

Le Programme ObsMer

OBSMER est un programme d’observation à bord des navires de pêche professionnelle en mer mis en place au niveau national depuis 2009 par la DGAMPA – Direction Générale des Affaires Maritimes, de la Pêche et de l’Aquaculture – issue de la fusion des DAM et de la DPMA.

Les observations réalisées en mer permettent de mesurer l’activité de la pêche et d’échantillonner les captures.

Une opportunité pour échanger sur les impacts de la pêche au sein de l’écosystème marin.

Le rôle d'ObsMer

Ce programme est financé par le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche & la DGAMPA. Il associe Ifremer et les pêcheurs professionnels.
L’objectif est de recueillir, grâce à des observateurs formés embarquant à bord des navires de pêche professionnels, des données représentatives sur les captures réalisées et l’activité de pêche. Toutes ces informations permettent, entre autres, aux scientifiques d’améliorer leurs diagnostics sur l’état de la ressource.

Les observateurs embarqués collectent des données (de nombres, de poids et/ou de taille) selon un protocole bien défini sur les débarquements, les rejets et les captures accidentelles.
Les données sont ensuite anonymisées et, une fois agrégées, peuvent être partagées au niveau international avec les acteurs (scientifique, commission, ministère, etc.) pour produire des avis scientifiques sur l’état des ressources.

Chaque année en France, c’est près de :

  • 450 navires volontaires,
  • 50 observateurs répartis sur toutes les façades maritimes,
  • 3 800 tonnes de poissons, mollusques et crustacés pesés,
  • 500 000 individus mesurés,

Les pêcheurs, acteurs des observations en mer !

L’observation à bord des navires de pêche contribue chaque année à une pêche plus durable en améliorant les connaissances sur l’état des ressources pêchées. Les pêcheurs bénévoles qui embarquent des observateurs joue un rôle primordial.

L’embarquement d’un observateur en mer permet ainsi au pêcheur de mettre à disposition sa connaissance du milieu marin et du comportement des espèces et à l’observateur de faire part de ses connaissances scientifiques sur les espèces, le milieu marin et l’utilisation des données.

Cette coopération pêcheur & observateurs permet de mieux connaître les ressources et donc assurer une gestion durable de celles-ci.

Les enjeux des observations en mer

Environ un tiers des opérations de pêche est observé lors d’un embarquement ObsMer.
A chaque opération, la partie commercialisée de la pêche et la partie rejetée forment la capture. Toute la capture est alors observée par l’observateur embarqué.

Les informations récoltées en mer par l’observateur sont ainsi utilisées pour :

  1. évaluer les stocks halieutiques ;
  2. approfondir les connaissances et mieux comprendre les métiers, les flottilles, les stratégies de pêche et la composition des captures ;
  3. contribuer à l’amélioration de la sélectivité des engins et des pratiques de pêche

 

Grâce à ces observations, il est alors possible d’estimer quelle partie de la population de poissons, en âge et maturité sexuelle, est soumise à l’exploitation de la pêche professionnelle.

Tous les embarquements permettent l’obtention de données fiables et représentatives de l’ensemble des activités de pêche professionnelle françaises. Ces données seront ensuite traitées et permettront d’émettre des avis scientifiques servant l’aide à la décision pour les responsables politiques. De ces décisions découleront des politiques de pêche.

Comment sont exploitées les données et par qui ?

Les données collectées lors de chaque marée observée sont strictement confidentielles, elles sont systématiquement anonymisées avant d’être bancarisées et analysées. Elles sont la propriété de la DGAMPA qui en a la responsabilité et la gestion.

Pour répondre aux enjeux de préservation des espèces, les données des observations en mer peuvent être mobilisées par différents acteurs tels que :

  • le programme OBSMER pour préparer le document annuel qui restitue l’activité, les estimations et le détail des captures par métier de pêche,
    https://archimer.ifremer.fr/
  • les experts pour évaluer les stocks de poissons avec d’autres données et contribuer à l’amélioration de l’état de ces derniers,
  • les chercheurs pour améliorer leurs connaissances sur les espèces et les interactions entre les bateaux de pêches et l’écosystème marin,
  • les structures professionnelles pour mettre en place de nouvelles mesures de gestion des flottilles par exemple.


Depuis 2009, les données ont permis la rédaction de 11 rapports annuels et ont été utilisées dans près de 25 projets de recherche touchant des thématiques telles que la sélectivité des engins de pêche, les captures et rejets dont l’obligation de débarquement, l’interaction avec les mammifères marins et oiseaux, la description des pêcheries et des habitats ou encore les connaissances biologiques d’une espèce.

Les données récoltées sont une ressource indispensable pour établir une vision d’avenir de l’écosystème marin !

Les observateurs

L’observateur embarqué a reçu une formation scientifique: pêche, reconnaissance des espèces, échantillonnage, mensurations et pesées, enregistrement des données. Ils embarquent toute l’année sur les bateaux d’un secteur et observent la capture en prenant soin de ne pas gêner l’équipage.

Les embarquements sont réalisés en plusieurs étapes :

  • Tirage au sort des navires pour assurer la représentativité des observations et contact du patron pour obtenir son accord d’embarquer à bord,
  • À bord du bateau, dénombre des poissons et crustacés, mesure, pesage et consigne des données collectées sur des bordereaux adaptés,
  • Transfert des données recueillies aux scientifiques de l’Ifremer,
  • Restitution aux pêcheurs.

 

Les observateurs sont des interlocuteurs privilégiés pour les pêcheurs professionnels. Ils instaurent une relation de confiance et de partage réciproque des savoirs pour que les données soient les plus représentatives possibles de la situation réelle.

Conclusion

Le métier d’observateur des pêches est encore peu représenté. Seulement une cinquantaine d’observateurs sont présents en France. C’est pourtant un métier central dans la gestion des pêches et des stocks. Anciennement très masculin, ce métier se féminise ! Chez Sinay, 50% des observateurs en mer sont des femmes.

Pour en savoir plus sur le métier d’observateurs des pêches, regardez cette vidéo de présentation.

Découvrez aussi: